Autour d'Ecuras. Journal d'Histoire locale, monuments, folklore.
Par Mme Fils Dumas-Delage. ISSN : 1153-0014. Tous droits réservés

No 10, Décembre 1991

 

- UN INCIDENT DES GUERRES DE RELIGION A BUSSEROLLES -

 

Après des années de guerres de religion et les massacres de la Saint-Barthélémy en 1572, les passions des belligérants ne pouvaient s’apaiser : catholiques et Huguenots aussi acharnés et fanatiques les uns que les autres, continuant de se détruire.

L’épisode que nous allons relater se passe en 1598, soit en pleine tourmente de passions religieuses affrontées.

Cependant, nombreux étaient déjà les membres de la noblesse calviniste qui se hâtaient de se convertir en abjurant leur foi, sans doute en raison proportionnelle à l’importance de leur fortune et de leurs titres. Ce furent dans les couches populaires et dans la petite noblesse désargentée des campagnes que se recrutèrent les calvinistes les plus longuement fidèles à leur foi.

Les de Chièvres d’Angoumois portent :

"d’argent à l’aigle de sable éployée" qui leur est attribué dans une liste de la noblesse en 1666.

Pierre de Chièvres était sieur de la Vallade (Busserolles) et du Gazon (Cherves)

Il avait épousé en 1541 Jeanne Audebert dont il avait eu quatre enfants ; Pierre, Jean, Jacob et Jacquette.

Pierre de Chièvres, calviniste, venait d’abjurer le protestantisme pour embrasser la foi catholique. La réaction la plus violente à cette conversion ne se fit pas attendre. Elle fut le fait de Ligueurs, et catholiques, et brigands. Dans la nuit du mercredi 3 février 1598, sous le prétexte spécieux que la conversion de Pierre de Chièvres n’était pas sincère, la troupe de Ligueurs pilla son logis de La Vallade, anéantit les titres de noblesse de la famille et enleva Pierre de Chièvres et ses enfants, pour les retenir prisonniers en divers lieux pendant une dizaine de semaines.

Le sieur de La Vallade recouvra sa liberté en payant une rançon de cent écus, alors que ses enfants restaient prisonniers. Pendant son temps de réclusion, les Ligueurs avaient vendu une partie de ses biens, et il fallut une intervention royale pour faire rentrer le seigneur de La Vallade dans ses biens, et retrouver ses enfants. Néanmoins, les pertes éprouvées par Pierre de Chièvres furent considérables et évaluées à neuf mille livres.

Ultérieurement, les enfants de Pierre de Chièvres connurent de nouvelles difficultés que nous pouvons, de nouveau, attribuer à cette conversion du père. Cette famille devait retourner au calvinisme. En effet, ceux-ci furent contraints par deux fois, de se pourvoir contre les habitants de Busserolles qui voulaient leur faire payer la taille. Ce fut un arrêt de la Cour des Aides du 23 mars 16632 qui les maintint dans leur noblesse et privilèges.

 

Quelle est l’origine de cette famille de Chièvres ?

Nous ne pouvons nous livrer qu’à des supputations, faute de documents précis, mais il s’agit d’une famille étrangère à l’Angoumois.

D’après Beauchet-Filleau, certains généalogistes rattachèrent les de Chièvres d’Angoumois aux de Chièvres de Bourgogne, branche de la maison princière de Croy. Mais leurs armes sont différentes et les titres des de Chièvres d’Angoumois disparurent à La Vallade en 1598. Cependant, cette voie est la seule plausible, à défaut de preuves, car si cette hypothèse était fausse, on ne saurait alors d’où serait issue cette branche d’Angoumois.

Une variante de cette hypothèse verrait un de Chièvres de Bourgogne venu dans cette région à la suite des religieux du Châtelars. Par ailleurs, Antoine de Croy, seigneur de Chièvres, signa pour le roi François 1er le traité de Noyon le 13 août 1516; on peut tout aussi bien retenir cette autre variante ; un parent de ce seigneur se serait fixé en Angoumois, après avoir été attaché à l’armée royale. On objectera que les blasons sont différents, mais c ‘est là une chose courante, les cadets d’une grande famille en modifiant souvent les armes.

Toujours est-il que le premier de Chièvres connu en Angoumois est un certain Pierre de Chièvres, procureur fiscal à Montbron, de 1533 à 1549, aux gages de 10 livres par an.

Il était le père de ce Pierre de Chièvres dont le logis de La Vallade fut mis à mal, les titres anéantis et les enfants séquestrés, en 1598.

Le fait que cette famille fût étrangère au pays peut avoir, tout particulièrement, attisé la haine et le fanatisme des Ligueurs locaux. Le pillage du logis de Pierre de Chièvres a sans doute pu avoir des causes multiples, où la seule intolérance religieuse n’entrerait pas uniquement en ligne de compte.

Aussi grave qu’il ait pu être pour ses victimes, voici un incident des plus courants dans ce terrible contexte qui était celui des guerres de religion.

 

Sources : Cherves-Châtelars; porte du Limousin. par l’abbé Jacques, édité en 1913. Réédité par la commune en 1984.

 

Table des matières