Autour d'Ecuras. Journal d'Histoire locale, monuments, folklore.
Par Mme Fils Dumas-Delage. ISSN : 1153-0014. Tous droits réservés

No 12, Avril 1992

- LA COMMANDERIE DES TEMPLIERS DE VOUTHON -

 

Nous avons vu qu'une commanderie était une sorte de prieuré, ayant appartenu à un ordre à la fois religieux et militaire ou hospitalier. Lorsqu'elle est peu importante, on l'appelle Temple. Nous avons vu également que l'ordre de Malte a succédé dans plusieurs lieux aux Templiers dont l'ordre fut supprimé en 1312 par l'extermination de Philippe le Bel.
Cet ordre de Malte est le même qui, avant son installation à Malte, en 1530, était dit ordre de Saint-Jean de Jérusalem.

 

La commanderie de Saint-Martin de Vouthon (Vulthone) faisait partie de l'archiprêtré d'Orgedeuil. Elle appartint à l'ordre de Malte après avoir été fondée par les Templiers. Parmi les divers établissements des Templiers en Charente, la commanderie de Vouthon passe pour être l'un des plus anciens.
La commanderie de Mallerand lui fut unie en 1578. Elle fut elle-même unie à celle de Villegats vers l600.

Il est exceptionnel de trouver un logis de commanderie aussi important et bien conservé. Situé au nord de l'église, il avoisine son chevet suivant la coutume des Templiers. Ce grand corps de bâtiment rectangulaire, ayant partiellement conservé ses trois étages, est demeuré dans un très remarquable état. Une toiture est venue supprimer ses éléments défensifs crénelés. Tout comme l'église, il est construit dans un bel appareil régulier, et nous pouvons voir, sur sa face nord, des traces de reconstructions nécessitées au cours des guerres anglaises. Des meurtrières sont en place, juste au-dessus du niveau où le mur fut alors remonté.

 

Sur sa face sud, de hauts escaliers donnent accès au logis, et les portes sont à situer au niveau du premier étage. Notre cliché montre l'une d'entre elles, décorée par un bel arc en accolade. Ceci nous prouve, entre autres détails architecturaux, que les Hospitaliers se livrèrent à des aménagements importants après avoir succédé aux Templiers.

Signalons aussi l'existence de très belles caves romanes voûtées, dont l'accès, tout comme celui du logis, est privé.

Les revenus de la commanderie de Vouthon étaient évalués à 400 livres en 1650. La portion congrue était due au vicaire perpétuel qui avait ses offices dans la même église. Le grand maître de l'ordre conférait.

Bien que l'étude de l'ordre de Malte à Vouthon soit intéressante, nous ne nous attacherons qu'à celle des Templiers, fondateurs de cette commanderie1 qui dépendait du commandeur du Temple en Aquitaine.
Les dépositions du Procès des Templiers signalent des réceptions de frères dans l'ordre, qui se déroulèrent dans la chapelle de la Maison du Temple de Vouthon, ou commanderie.

Nous sont parvenus quelques noms de commandeurs et celui d'un chapelain.

COMMANDEURS :

- 1239 : Frère Odebert Bordoil.
- 1251-1252 : Frère Foulques de Saint-Michel, précepteur d'Aquitaine.
- 1264 : Frère Gaîhard.
- 1285-1290 : Frère Raymond de Mareuil, lieutenant du précepteur d' Aquitaine de 1285 à 1288.

CHAPELAINS :

- 1239 : Arnaud Gazala.

A la révolution Française, la commanderie fut vendue en bien national et le 14 novembre 1792, l'estimation de ses biens est la suivante :
- le logis, en mauvais état, avec ses dépendances contigües, en tout 4 journaux : 2860 livres.
- un autre bâtiment touchant le presbytère et une pièce de terre : 564 livres.
- la métairie de la Garenne, avec 25 journaux de terre et 3 pièces de prés : 6672 livres.
- le moulin de la commanderie, en mauvais état : 2000 livres.

De nos jours, l'on se rend compte que les dépendances de la commanderie sont plus ou moins incluses dans les bâtiments avoisinants.
Il est une vaste grange, proche du mur sud de l'église et perpendiculaire à celui-ci, dont le bel appareil régulier est semblable à celui du logis de la commanderie et de l'église.

Table des matières