Autour d'Ecuras. Journal d'Histoire locale, monuments, folklore.
Par Mme Fils Dumas-Delage. ISSN : 1153-0014. Tous droits réservés

No 13, Juin 1992

- L'EGLISE SAINT-JEAN DE MALLEYRAND -

La chapelle de l'ancienne commanderie est merveilleusement située, légèrement à l'écart du village, dominant à flanc de côteau un vallon verdoyant et boisé. Telle un véritable joyau, elle se détache dans un paysage harmonieux.

 

En effet, de tous les sanctuaires construits par les Templiers au 12ème s. cette chapelle Saint-Jean nous apparaît comme l'un des plus séduisants. Elle n'en a pas l'austérité, bien que toutes les exigences de l'ordre aient été respectées. Les proportions sont d'un bel équilibre et la décoration nous frappe par son abondance et son charme. Il est certain que les constructeurs de cette chapelle ont fortement subi les influences des églises contemporaines de l'Angoumois.

Bien que cette église ne fasse visiblement pas l'objet de soins particulièrement attentifs de la part des Bâtiments de France, elle est demeurée intacte, exactement dans l'état où elle fut construite au 12ème s., si ce n'est que sa voûte a disparu. Aucune reconstruction, aucun rajout. Elle a conservé ses deux pignons, et nous signalerons avec regret qu'une brèche au coin sud-est du sommet du pignon du chevet n'a fait l'objet d'aucune restauration, ce qui s'imposait pourtant.

Comme toutes les chapelles de Templiers, elle est de plan rectangulaire, et elle comprend intérieurement trois travées de dimensions égales. Signalons la présence d'élégantes colonnes qui, ayant soutenu les arcs doubleaux disparus, allégeaient l'austérité de la voûte disparue elle aussi. La nef ne possède aucune ouverture, et comme à l'ordinaire, toute la lumière provient du chœur.
Ce chœur prolonge la nef sans aucune altération des dimensions de celle-ci, et est éclairé, au fond, par le classique triplet, c'est à dire trois fenêtres romanes, hautes et étroites, placées côte à côte, ainsi que par deux fenêtres latérales.
Les cintres des baies sont ornés de belles moulures.

Le rythme et l'ornementation de la façade possèdent de grandes séductions.
Le portail à trois voussures est surmonté d'une archivolte en forme de tresse qui retombe sur des colonnettes. Le sculpteur, non content d'ouvrager artistement les chapiteaux, a orné les colonnettes dont les fûts sont entourés de cercles ou annelés sur toute leur hauteur. Cette décoration qui peut surprendre dans une chapelle de Templiers est cependant propre a la région, car on la retrouve au portail de l'église de Jauldes.

Au-dessus du portail, des cordons, dont l'un repose sur des modillons sculptés, allègent une façade au centre de laquelle s'ouvre une fenêtre. Celle-ci est joliment ouvragée, entourée d'un galon mouluré et encadrée de colonnettes.

La façade se termine par un clocher-arcade à une seule baie qui domine le pignon.
Suivant la coutume des Templiers bâtisseurs, nous retrouvons la présence des contreforts plats, qui, placés aux quatre angles de l'édifice, en assurent la solidité.

Tant d'équilibre, d'harmonie entre des proportions parfaites et un décor sculpté des plus recherchés font de cette église de Malleyrand un remarquable édifice religieux du 12ème s.

La présence de l'ancien cimetière des Templiers puis de l'ordre de Malte est rappelée par quelques pierres tombales relevées et disposées le long de l'allée qui conduit au portail et de chaque côté de celuici. Signalons, à droite du portail, une pierre tombale de Templier, et à gauche, une autre de l'ordre de Malte.

Nous ne pouvons que déplorer la disparition intégrale du logis de la commanderie, car, si l'on considère le style de son ancienne chapelle, l'ornementation de ces bâtiments conventuels devait être du plus beau Roman.

 
 

 

Sources :
- Fouillé du diocèse d'Angoulême. Abbé Nanglard.
- Les Templiers et leurs commanderies en Aunis, Saintonge et Angoumois. Jean-Claude Bonnin. Rumeur des Ages. 1983.
- Les Templiers en Charente. Charles Daras. S A H C. 1981.

- LES COMMANDERIES DE CHARENTE -

 

Table des matières