Autour d'Ecuras. Journal d'Histoire locale, monuments, folklore.
Par Mme Fils Dumas-Delage. ISSN : 1153-0014. Tous droits réservés

No 16, Décembre 1992

- L'EGLISE DU LINDOIS -

  Il ne reste de l'ancienne église Saint-Pierre du Lindois qu'un porche et un mur pignon classés par les Monuments Historiques en 1928. L'édifice fut rasé en 1924. Cette église était une ancienne vicairie perpétuelle du diocèse de Limoges et dépendant du chapitre de la Rochefoucauld. Ce monument qui datait du 12ème s. avait subi des remaniements au 13ème et au 16ème s. Par ailleurs, il avait été réparé à plusieurs reprises au cours du 19ème s. Le clocher, assez élancé, datait de 1866, la chapelle seigneuriale latérale de 1879. Cette chapelle avait été acquise en bien national par la commune au moment de la Révolution. En 1806, il est dit qu'elle était en ruines. Elle fut démolie avant 1810, et il fallut attendre 1879 pour la voir reconstruite. A l'intérieur, les voûtes de l'église étaient en arcs brisés, et la nef était séparée de l'abside par un grand arc supporté par des faisceaux de trois colonnes. Le portail, particulièrement riche, est de style gothique. Il est à cinq fines voussures, supportées par des colonnettes, au nombre de cinq de chaque côté, avec de petits chapiteaux sculptés de feuillages, d'animaux stylisés. La voussure extérieure est soulignée par une épaisse frise où alternent crosses végétales, feuillages tourmentés et animaux rampants. Toutes ces riches sculptures sont exécutées dans le granit, ce qui ne nuit ni à leur puissance ni à leur finesse. Si l'on se réfère à la beauté du porche, on peut imaginer que cette église, en partie seigneuriale, était d'un niveau esthétique très remarquable, et qu'elle n'avait certainement rien d'une fruste église de campagne.

Les travaux de démolition de l'ancienne église Saint-Pierre et la construction de la nouvelle, assez proche du site de l'ancienne, furent confiés à Bernard fils et Audigier, d'Angoulême, en 1923-24.

Nous conclurons en posant la question qui s'impose : pourquoi a-t-on fait démolir une église de la plus grande ancienneté et de la plus grande beauté ? Certains répondront que la voûte avait besoin de restauration; étrange prétexte, nous semble-t-il, même si l'on se limite à l'aspect purement financier de l'entreprise ...

Sources :

B. S. A. H. Les églises de l'arrondissement de Confolens au 19ème a. par Pierre Boulanger P. 52.
Les églises de Prance. Charente; par Jean George; édité par Letouzet et Ané. Paris 1933.

 

Table des matières